14 Juin 2021
Pour lutter contre la montée des eaux, les Maldives optent pour la ville flottante

Pour lutter contre la montée des eaux, les Maldives optent pour la ville flottante

🏙 Smart city

Face à la menace de la montée des eaux, les Maldives construisent une ville entièrement flottante au sein d’un lagon de 200 hectares. 

Dans le monde, 40% de la population vit à moins de 100 km de la côte. Seulement, l’élévation du niveau des mers est devenue un véritable danger. Il y a désormais un besoin urgent de protéger les habitants des vagues, des ondes de tempête et des risques d’inondation

Les Maldives sont un archipel qui compte pas moins de 25 atolls coralliens dans l’océan Indien. Plus de 80% de la superficie du pays est situé à moins d’un mètre au-dessus du niveau de la mer. C’est la nation la plus basse du monde. Le pays est particulièrement concerné par l’élévation du niveau de la mer et l’érosion côtière qui menacent son existence. Pour lutter contre ces risques, la nation atoll est en train de créer

Une ville entièrement sur l’eau 

Cette ville flottante est conçue par Dutch Docklands et Waterstudio, un cabinet d’urbanisme et d’architecture qui développe des logements sociaux flottants aux Pays-Bas. La ville sera basée dans un lagon d’eau chaude à seulement 10 minutes en bateau de la capitale Malé et son aéroport international. Les segments flottants du lagon sont reliés à un anneau d’îles-barrières qui agissent comme des brisants sous l’eau, réduisant l’impact des vagues du lagon et stabilisant les structures à la surface.  

Un réseau de ponts, de canaux et de quais permettra d’avoir accès aux différents segments. Il reliera également les commerces, les maisons et les services à travers le lagon.

sur une grille flexible. Les maisons seront vendues 250 000 dollars pour permettre aux pêcheurs locaux présents depuis des siècles de s’installer. Un hôpital et une école sont en cours de construction. L’énergie renouvelable alimentera la ville via un réseau intelligent. La construction doit commencer en 2022 et s’achever par phases dans les cinq prochaines années.