briefstory
briefstory
Société · impact

đŸ“± Utter Us, le jeu vidĂ©o qui Ă©duque aux maladies gynĂ©cologiques

Publié par
Author Image
Christelle Crouet

Pour Ă©duquer Ă  trois maladies gynĂ©cologiques souvent taboues: l’endomĂ©triose, le fibrome et la mycose chronique, deux femmes ont conçu un jeu vidĂ©o, Utter Us. 

 

En France, l’endomĂ©triose touche 10% des femmes en Ăąge de procrĂ©er. Le fibrome lui concerne 1 femme sur 10 entre 30 et 55 ans, quant Ă  la mycose 75% des femmes en dĂ©velopperont une dans leur vie, mais pour 10 Ă  20% d’entre elles, elle sera chronique. Ces maladies gynĂ©cologiques sont rĂ©pandues dans la population fĂ©minine, pourtant on entend encore peu parler d’elles. Souvent tabous, les femmes qui en souffrent ont honte d’en parler. 

 

Pour lever le tabou et informer sur ces maladies, Camille Garoche et Astrid Chevance ont dĂ©cidĂ© d’innover en crĂ©ant Utter Us, un jeu vidĂ©o sur smartphone ! Le principe est simple, c’est un jeu de "fun learning" qui sensibilise Ă  l’endomĂ©triose, les fibromes et les mycoses chroniques. Un monde reprĂ©sente une maladie et un nouveau dĂ©fi  pour le joueur. Il doit tour Ă  tour taper sur les bactĂ©ries, l’endomĂštre ou encore le fibrome pour les dĂ©truire. “C’est un jeu dĂ©fouloir, mais l’idĂ©e c’est aussi de pouvoir se renseigner aussi sur la maladie” explique Astrid Chevance, psychiatre et docteure en SantĂ© publique. Pour chaque monde, une patiente raconte son parcours avec la maladie.

 

Communiquer diffĂ©remment sur les maladies 

 

Le jeu est nĂ© de la rencontre de Camille Garoche, illustratrice et souffrant d’endomĂ©triose depuis des annĂ©es et Astrid Chevance lors d’un Ă©vĂ©nement dĂ©diĂ© aux jeux vidĂ©o en novembre 2019. Leur projet gagne l’un des prix et l’équipe qui a commencĂ© Ă  travailler dessus dĂ©cide de continuer Ă  le dĂ©velopper. “Comme on trouvait notre projet vraiment original et qu’on avait eu plaisir Ă  travailler ensemble dessus, on a continuĂ© Ă  se rencontrer tous les mois pour qu’il voit le jour” explique Astrid Chevrance. Trois game designers, trois dĂ©veloppeurs et deux artistes s’activent depuis pour finaliser Utter us. Tous les membres de l’équipe travaillent bĂ©nĂ©volement en parallĂšle de leurs activitĂ©s professionnelles. 

 

Mais pour Astrid et Camille, le projet est important. C’est une nouvelle maniĂšre de communiquer sur des maladies invalidantes, douloureuses dont on parle trop peu. Pour les deux femmes, l’objectif premier est de permettre aux personnes qui en souffrent de se retrouver. Pour les crĂ©atrices, le jeu se devait d’ĂȘtre le plus anatomique possible. “Le jeu peut mettre mal Ă  l’aise. Quand on voit des planches anatomiques, on voit des lĂ©sions, du sang, on voit des microbes et des tumeurs. Il y a le cĂŽtĂ© effrayant de la maladie, terrorisant et douloureux qui transparaĂźt. C’est quelque chose qu’on voulait absolument restituer pour ne pas voler cette partie lĂ  aux malades”. 

 

Elles ont essayĂ© de toucher tous les Ăąges en choisissant spĂ©cifiquement ces trois maladies. Les mycoses chroniques peuvent toucher toutes les femmes, quant Ă  l’endomĂ©triose elle touche les femmes en Ăąge de procrĂ©er, Ă  cause des retards de diagnostic (souvent autour de 7 ans) elle est souvent diagnostiquĂ©e autour de 30 - 40 ans. Les fibromes touchent les femmes de 40 Ă  50 ans. 

 

Pour le moment, Utter Us n’est pas en ligne, mais la version Android est prĂȘte. L’équipe finalise la version iOS ainsi que le site web. “On aimerait le lancer fin juin - dĂ©but juillet. Ce qui est sĂ»r, c’est qu’il sortira avant l’automne 2021” conclut Astrid Chevance.