briefstory
briefstory
Société · impact

đŸ©ș En Afrique, Afriqcare met en relation les mĂ©decins et les patients

Amara Diawara a crĂ©Ă© Afriqcare, une plateforme de mise en relation entre professionnels de santĂ© africains et patients. Elle donne Ă©galement accĂšs aux informations mĂ©dicales des patients. 

Le 16 fĂ©vrier dernier, la cinquiĂšme Ă©dition du Challenge App Afrique RFI - France 24 rĂ©compensait la meilleure solution numĂ©rique contre les Ă©pidĂ©mies. Plus de 1000 entrepreneurs et scientifiques de 43 pays ont tentĂ© l’expĂ©rience et proposĂ© leur projet. C’est le projet Afriqcare qui a Ă©tĂ© couronnĂ©.

CrĂ©Ă©e par Amara Diawara, un mĂ©decin guinĂ©en, cette plateforme met en relation les professionnels de santĂ© et les patients. Elle gĂšre les consultations et les rendez-vous. Elle permet Ă©galement d’accĂ©der au carnet de santĂ© et de vaccination Ă©lectronique, indispensable en cas d’épidĂ©mie. L’idĂ©e est de permettre aux patients d’avoir accĂšs plus facilement Ă  des soins. Cette plateforme permet Ă©galement une certaine transparence. Les professionnels de santĂ© peuvent ainsi s’échanger des informations mĂ©dicales et administratives sur leurs patients. 

Une plateforme dĂ©jĂ  utilisĂ©e par 400 professionnels. 

Le projet est nĂ© lorsque Amara Diawara a Ă©tĂ© diagnostiquĂ© d’une tumeur au poumon lors d’une formation en mĂ©decine Ă  Paris. Le docteur dĂ©couvre l’utilisation d’outils numĂ©riques pour le suivi des soins. Il dĂ©cide de crĂ©er le mĂȘme genre d’outil pour les soignants et les patients africains. “Quand je recevais mes patients, une fois sortis de l’hĂŽpital, je n’avais plus d'informations sur leur parcours. Il fallait que ça change” explique t-il. 

La plateforme est lancĂ©e en janvier 2020. Une premiĂšre phase de test de janvier Ă  juin a permis Ă  Afriqcare de rĂ©unir plus de 400 professionnels de santĂ© et une cinquantaine de structures. Ces professionnels souscrivent Ă  un abonnement, au tarif avantageux. Les demandes continuent d’affluer, du LibĂ©ria, du Mali, ou encore du Sierra Leone. 

Avec les 15 000 euros du prix, Amara Diawara prĂ©voit de dĂ©velopper une nouvelle version de l’application pour l’amĂ©liorer. Disponible dans les pays francophones et anglophones, il espĂšre Ă©galement pouvoir ouvrir Afriqcare aux pays lusophones.

Partagez cet article