briefstory
briefstory
Tech · innovation

🧬 AlphaFold, l’intelligence artificielle de Google fait une dĂ©couverte rĂ©volutionnaire

AlphaFold, un programme d’intelligence artificielle a rĂ©ussi Ă  comprendre et prĂ©dire le repliement des protĂ©ines, un problĂšme vieux de 50 ans. Une avancĂ©e majeure qui pourrait permettre de soigner certaines maladies.

 

RachetĂ©e par Google en 2014, DeepMind s’était jusqu'Ă  prĂ©sent surtout fait connaĂźtre dans le domaine du jeu, en entraĂźnant des intelligences artificielles Ă  battre des cerveaux humains au jeu de go, aux Ă©checs ou encore sur Starfcraft II. Ces entraĂźnements se sont avĂ©rĂ©s payants, ces IA peuvent dĂ©sormais aider Ă  rĂ©soudre des problĂšmes rĂ©els. 

 

Ce programme d’intelligence artificielle lancĂ© en 2018, “AlphaFold”, a rĂ©ussi Ă  prĂ©dire comment les protĂ©ines se replient. C’est une avancĂ©e primordiale pour la science. Elle pourrait permettre de mieux comprendre la structure biologique de la vie, mais Ă©galement de lutter contre certaines maladies, certaines formes de cancer ou mĂȘme le Coronavirus. 

 

Une avancĂ©e scientifique primordiale grĂące Ă  l’intelligence artificielle 

 

Les scientifiques travaillent depuis 50 ans sur cette question du repliement des protĂ©ines. Il s’agit de la maniĂšre dont elles se tordent pour former des structures en 3D. Cette forme va dĂ©finir la fonction de la protĂ©ine. Leurs formes permettent par exemple de dĂ©terminer comment les anticorps combattent les virus. Il existe plus de 200 millions de protĂ©ines et les scientifiques en connaissent Ă  peine la moitiĂ© d’entre elles.  

 

DeepMind a rĂ©ussi Ă  mettre au point un programme qui peut prĂ©dire la structure d’une protĂ©ine en quelques jours seulement, avec un taux de rĂ©ussite de 90%. L’algorithme a Ă©tĂ© nourri pendant plusieurs semaines de donnĂ©es publiques sur environ 170 000 protĂ©ines et formes. Ainsi quand les scientifiques lui prĂ©sentent une nouvelle protĂ©ine, l’IA est capable de regrouper l’ensemble des informations qu’elle possĂšde pour prĂ©dire la forme de la nouvelle protĂ©ine. Les scientifiques pensaient mettre des dĂ©cennies avant de trouver une solution au problĂšme du repliement. 

 

Cette avancée pourrait leur permettre de développer de nouveaux traitements, pour le moment, DeepMind compte se focaliser sur trois maladies : le paludisme, la maladie du sommeil et la leishmaniose, une maladie parasitaire.