briefstory
briefstory
Tech · innovation

🚝 La Chine a inaugurĂ© un train qui peut atteindre les 600 km/h et roule en lĂ©vitation

La Chine a inaugurĂ© cette semaine le Maglev, le train le plus rapide au monde. Il fonctionne en lĂ©vitation et peut monter jusqu’à 600 km/h. 

Dans les annĂ©es 1960, l’Allemagne a commencĂ© Ă  travailler sur le Transrapid. En 1993, il rĂ©ussit Ă  atteindre la vitesse de 450 km/h. En 2004, la Chine met aussi en place le Transrapid pour relier le centre-ville de Shanghai Ă  son aĂ©roport. Il peut aller jusqu’à 501 km/h. Le 20 juillet dernier, la Chine a inaugurĂ© Ă  Qingdao un nouveau train Ă  grande vitesse, le Maglev. Construit par la China Railway Rolling Stock Corporation (CRRC), une agence gouvernementale chinoise, il peut monter jusqu’à 600 km/h. C’est la vitesse terrestre la plus rapide au monde. Son autre particularitĂ© est qu’il fonctionne en lĂ©vitation. 

Un train qui flotte dans les airs 

Ce train est Ă  sustentation magnĂ©tique. Les rails sont composĂ©s d’aimants qui le repoussent vers le haut. Cela donne cette impMession qu’il flotte dans les airs. De plus, un Ă©cart de 8 Ă  10 mm sĂ©pare le train de la voie. Il n’est soumis Ă  aucune friction, ce qui lui permet de ne pas subir de pertes de vitesse. En France par exemple, les TGV roulent en moyenne Ă  300 km/h, Ă  cause de la rĂ©sistance au roulement. 

Selon les autoritĂ©s chinoises, le Maglev prĂ©sente aussi d’autres avantages : il est sĂ©curisĂ©, ne produit quasiment aucune pollution sonore puisqu’il ne produit pas de frictions en roulant, et il nĂ©cessite peu d’entretien. Sa consommation d’électricitĂ© devrait Ă©galement ĂȘtre rĂ©duite

Le Maglev peut comporter deux Ă  dix voitures, chacune pouvant accueillir 100 passagers. Selon la Chine, il ne faudrait que 2h30 pour parcourir les 1000 km qui sĂ©parent Shanghai et PĂ©kin, contre 5h30 avec un train classique. Pour l’instant, le pays n’a qu’une seule ligne reliant l’aĂ©roport Pudong de Shanghai Ă  la gare de Longyang Road dans la ville. D’autres portions seraient en construction, dont une reliant Chengdu et Chongqing et une reliant Shanghai et Hangzhou. La mise en service est prĂ©vue Ă  l’horizon 2030.

Partagez cet article