briefstory
briefstory
Tech · innovation

👕 Fairbrics fabrique des vĂȘtements avec du CO2

Pour lutter contre la pollution Ă©mise lors de la production du polyester, une jeune startup française, Fairbrics, fabrique du polyester Ă  partir de CO2. 

100 milliards de vĂȘtements sont vendus chaque annĂ©e dans le monde. L’industrie textile Ă©mettrait 1,2 millions de tonnes de gaz Ă  effet de serre par an. L’essentiel de cette pollution vient de matiĂšres premiĂšres comme le polyester qui est fabriquĂ© Ă  partir de produits pĂ©troliers. Il est trĂšs apprĂ©ciĂ© pour ses capacitĂ©s respirantes et absorbantes. C’est aussi un tissu Ă©lastique difficilement froissable. Ce sont prĂšs de 60 millions de tonnes de polyester qui sont produites chaque annĂ©e. Pour lutter contre la pollution Ă©mise par la production du polyester, la startup française Fairbrics a dĂ©cidĂ© de dĂ©velopper du polyester Ă  partir de CO2. 

Reproduire le processus des arbres 

Fairbrics base sa nouvelle technologie sur la chimie catalytique. Elle consiste Ă  convertir le CO2 en prĂ©curseurs, des molĂ©cules chimiques utilisĂ©es pour la fabrication du polyester. Le processus reproduit le procĂ©dĂ© des arbres. Ils se dĂ©veloppent en capturant le CO2 pour le convertir en fibre naturelle grĂące Ă  l’énergie solaire et des enzymes. 

A la place des enzymes, la startup utilise en laboratoire des catalyseurs. Le gaz carbonique est mĂ©langĂ© avec un solvant, ce qui produit des rĂ©actions chimiques gĂ©nĂ©rant des molĂ©cules produisant du polyester. La startup a baptisĂ© son nouveau matĂ©riau Ă©cologique Airwear. 

Pour le moment, Fairbrics se procure le CO2 auprĂšs d’Air Liquide. Le CO2 est capturĂ© par diffĂ©rents dispositifs dans les usines, notamment celles de production d’ammoniac ou de fabrication de biogaz. GrĂące Ă  une tonne de CO2, Fairbrics peut produire jusqu’à 10 000 t-shirts. Ils intĂšgrent 30% de CO2 et permettent de rĂ©duire l’impact carbone du produit fini de 50%. L’objectif pour l’entreprise est de construire une usine pilote l’annĂ©e prochaine et d’atteindre une capacitĂ© de 50 tonnes du tissu Airwear par an.

Partagez cet article