briefstory
briefstory
Tech · innovation

Peut-on inverser le processus de vieillissement ? Une étude récente suggère que oui

Une nouvelle étude menée par des chercheurs de la Harvard Medical School (HMS) suggère que le vieillissement biologique pourrait être inversé. En utilisant une technique de laboratoire appelée parabiose hétérochronique, les scientifiques ont découvert que les souris âgées reliées à de jeunes souris pendant une période prolongée commencent à "rajeunir" et vivent jusqu'à 9% plus longtemps que leurs pairs.

Les chercheurs ont utilisé une technique appelée parabiose pour connecter de vieilles souris à de jeunes souris. Cette technique implique une sorte de transfusion sanguine en temps réel, où les deux animaux sont chirurgicalement reliés, développant un seul système physiologique partagé. Les souris ont été laissées reliées pendant trois mois, puis séparées chirurgicalement. Elles ont ensuite eu un mois pour se remettre avant que leurs données physiologiques ne soient enregistrées. Les souris âgées qui avaient été reliées à de jeunes souris ont montré des signes non seulement de vieillissement ralenti, mais aussi de vieillissement inversé.

L'équipe de recherche, codirigée par Vadim Gladyshev, professeur de médecine à la HMS, a prolongé la vie de vieilles souris en connectant leur système circulatoire à celui de jeunes souris. Pour cela ils ont utilisé des "horloges épigénétiques" pour étudier les effets de la parabiose sur les souris. Ils ont remarqué que les vieilles souris qui avaient été reliées à des plus jeunes présentaient des signatures de méthylation de l'ADN systématiquement "plus jeunes" que leur âge chronologique. En effet, les horloges de méthylation suggéraient une diminution de l'âge biologique jusqu'à 30%. Les changements d'âge biologique ont persisté même après la séparation des jeunes souris et n'étaient pas limités au sang, mais concernaient aussi le tissu musculaire, le foie et le système nerveux.

 

Implications pour la longévité et la santé

Les résultats de cette étude sont frappants : les souris âgées ont vécu en moyenne de 6 à 9% plus longtemps que leurs pairs de contrôle, et l'âge biologique déterminé avec des biomarqueurs de vieillissement chez les souris âgées et jeunes a été affecté par la procédure de partage de sang de trois mois. Les effets de cette procédure ont persisté même après la séparation, avec les souris âgées restant plus jeunes que les témoins et vivant plus longtemps.

Les chercheurs estiment que plusieurs facteurs pourraient contribuer à cet effet rajeunissant. Il est possible que le sang des jeunes souris contienne des "facteurs de jeunesse" qui favorisent la jeunesse chez les souris âgées. Une autre possibilité est que la parabiose favorise la dilution des dommages, et une autre idée est que les souris âgées ont accès aux organes plus jeunes des souris jeunes qui détoxifient les dommages via leurs foies et reins. Quoi qu'il en soit, cette recherche ouvre des perspectives passionnantes pour l'avenir de la recherche sur le vieillissement et la longévité.

 

___

Image d’illustration : cellules responsables du vieillissement réalisées avec Midjourney

Partagez cet article