briefstory
briefstory
Société · impact

🍊 À Séville, les oranges fournissent de l’électricité

La ville de Séville a lancé un programme visant à recycler les tonnes d’oranges perdues de ses rues en électricité.

Ă€ SĂ©ville, les oranges sont partout. Elles ont Ă©tĂ© importĂ©es il y a environ 1000 ans dans cette ville du sud de l’Espagne. Dans les annĂ©es 1970, les SĂ©villans ont commencĂ© Ă  planter plusieurs milliers d’orangers dans les rues. Aujourd’hui, la ville compte pas moins de 48 000 orangers. Le problème, les 15 000 tonnes de ces fruits amers finissent la plupart du temps par terre, Ă©crasĂ©es par les voitures. Un vrai danger pour les piĂ©tons, et un enfer pour le service de nettoyage de la ville. Pour pallier Ă  ce problème, la municipalitĂ© a eu une idĂ©e qui peut paraĂ®tre saugrenue : transformer ces oranges en Ă©lectricitĂ©

35 tonnes de fruits pour gĂ©nĂ©rer de l’énergie propre 

Le programme pilote a été lancé par la société municipale des eaux, Emasesa. L’objectif est de transformer 35 tonnes de fruits pour générer de l’énergie propre qui servira à faire fonctionner l’une des usines de purification d’eau de la ville. Le programme utilise une installation existante qui produit déjà de l’électricité à partir de matière organique

Le principe est simple, les oranges vont fermenter et libĂ©rer du mĂ©thane qui sera capturĂ© puis utilisĂ© pour entraĂ®ner un gĂ©nĂ©rateur. Pour mener Ă  bien ce projet et recycler toutes les oranges, la ville devra investir 250 000 € selon Emasesa.  

Ă€ terme, SĂ©ville espère pouvoir rĂ©injecter le surplus d’énergie dans son rĂ©seau Ă©lectrique. Les essais ont montrĂ© que 1000 kilos d’oranges produiront 50 kWh, soit suffisamment pour fournir de l’électricitĂ© Ă  cinq foyers pendant toute une journĂ©e. Si toutes les oranges de la ville sont recyclĂ©es, elles pourraient alimenter 73 000 foyers sĂ©villans. 

Pour Juan Espadas, le maire de la ville, un tel projet permettra de réduire les émissions de gaz à effet de serre, mais permettra aussi de produire de l’énergie propre localement tout en répondant à l’impératif de gestion des déchets d’orange.

Partagez cet article